AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Dim 1 Mar - 18:00




_« léandre fabeck »_


    » Â G E - D U - P E R S O N N A G E -: 24 ans.
    » J E- S U I S - D ' O R I G I N E- : Américaine
    » J E - T R A V A I L L E -: Agent de sécurité
    » M O N -S T A T U T-: Célibataire
    » J E -S U I S- N É - L E -: Le 27 novembre 1984 à Seattle.
    » S O U S- L E- C H A R M E -D E-: Zeus


-------------------------------------------



« It's all about defining myself. »

Souvenir, souvenir…

En arrivant au monde, on profite des moments d'inattention des parents pour pouvoir sortir du petit parc et être l'objet de ses grandes sœurs car pour ceux qui l'ignoreraient, Je suis arrivé dans une famille où trois sœurs me couraient après à chaque fois qu'elles en avaient l'occasion pour me chouchouter. Je n'avais rien contre, du moins jusqu'à un certain âge, mais j'avoue qu'aujourd'hui, le fait de ne plus entendre leurs stupidités me manquent énormément, mais je m'y suis fait.. Lorsque j'étais en pleine escapade, j'étais toujours genoux et paumes de mains au sol C'était dans mon pampers que j'allais découvrir tout ce qui m'entourait, tombant sur les poupées affreuses de ses sœurs, des chaussettes égarées sous les lits ou encore sur une araignée écrasée la veille par la chaussure à mon père suite au cri de détresse de ma mère, Daniela. J'étais un vrai aventurier qui se retrouvait finalement dans les bras de mon père qui m'adressait des paroles dont je ne connaissais pas encore le sens. Il faut dire que l'on garde peu de souvenirs de ses deux premières années, voire même les trois… Pourtant durant ces 24 mois, vous découvrez des choses qui vont vous pousser à aimer ce que vous aimez aujourd'hui, à être ce que vous êtes aujourd'hui et à agir comme vous agissez à présent.
Lors de mon cinquième anniversaire, j'avais reçu une splendide voiture miniature que je n'avais pas hésité à jeter trois fois depuis le balcon. Cette voiture fut le début d'une grande histoire. En effet, en plus d'être fan de bolide, j'aimais beaucoup les espions et ce fameux soir où j'étais sorti de ma chambre, j'avais vu quelqu'un ans le téléviseur à mon père en train de al conduire. J'aurais bien voulu dire que c'était la mienne, mais il avait des armes, il se roulait par-terre et n'était pas blessé. J'étais tellement impressionné que j'en avais poussé un soupir de surprise… Malheureusement pour moi, ce fut la dernière scène que j'avais vu avant l'âge de mes douze ans puisque mon père s'était jeté sur moi, les mains devant mes yeux

«C'est pas un film pour toi Clark…»
«J'ai 5 ans, maman a dit que j'étais un grand garçon…»
«Oui, mais ta maman te dira la même chose demain.»
«Au moins, moi elle m'a dit que j'étais un grand garçon et pas un grand con.»
«Hey, surveille ton langage Clark…»

«Elle a vraiment dit que j'étais un grand con?»

Un simple hochement de tête accompagné d'un sourire enfantin avait suffi pour que mon père se mettre à me courir pour m'envoyer au lit pour de bon: On sait tous que si on laisse trop parler les enfants, on se retrouvait impuissant face à eux et sincèrement, qu'y a-t-il de pire pour un père de famille que d'avoir aucun pouvoir sur son fiston? Surtout si j'étais le seul?


Je vous dis au revoir

Maman, Papa, Jenny, Lucy et Lynn,
Je vous écris cette lettre car j'ai du pendre une décision. En me lançant dans cette carrière, je ne pensais pas monter en grade aussi vite et pour tout vous dire, on m'a proposé un poste au sein du F.B.I. . J'aimerais vous dire qu'il y aurait d'autres solutions mais je vais devoir rompre mes contacts avec vous, ainsi que mes amis. Je n'ai pas envie que vous pensiez que je le fais sans y réfléchir, j'en connais les conséquences et je sais que ça va être dur, certainement plus pour vous que pour moi. J'aurais aimé venir vous voir pour partager un bon moment mais mon contrat est signé et dès aujourd'hui, je n'ai le droit qu'à cette feuille de papier. Je n'ai jamais été doué pour faire mes au revoir mais j'espère que j'aurai l'occasion de vous retrouver, un jour. Je suis désolé du peu de nouvelles que je vous ai données ces derniers temps, je sais à quel point c'est important pour vous – et surtout pour toi papa – de savoir que je me porte bien.
Ça me fait de la peine d'écrire sans même pouvoir vous prendre dans mes bras, mais je ferai tout mon possible pour me permettre quelques libertés, je ferai tout pour que l'on se retrouve et même si ça doit prendre du temps, on se retrouvera, je vous le promets.
Je ne sais pas si Lynn et Lucy ont déjà pris le chemin de la collocation toutes les deux – d'un côté ça vous fera des vacances – mais j'aimerais que vous leur transmettiez mes sincères excuses pour la promesse que je n'aurai pas pu tenir.
Papa, ne te dis pas que je suis un pauvre gosse qui écrit comme une femme, pense seulement que j'ai trouvé un job qui me plaît et que le garçon de cinq ans qui rêvait d'être cet espion, il l'est devenu à quelques détails près.
Maman, je sais que tu seras soulagée de ne plus me voir à côté des fourneaux, mais je sais aussi que tu devras te trouver quelqu'un d'autre pour les décorations de Noël étant donné que vous êtes tous des flemmards dans cette famille.
Et fin Jenny, je tenais à te féliciter pour ta réussite en Droit et j'espère que tu vas aller loin, que ce soit dans ta profession ou avec Terry, d'ailleurs tu lui diras qu'il a intérêt à rester aussi proche de toi qu'il l'a été avant mon départ.

Je vous aime et je vous dis à bientôt.
Clark




La pluie, toi et moi… Et nous.

«Clark, ça fait bientôt plus d'une heure et demie qu'on attend, il ne sortira pas.»
«Je sais, mais il y a une boîte de nuit pas loin.»
«Ouais, et il est où le rapport?»
«J'attends qu'une charmante inconnue se mette en difficulté et j'irai l'aider.»
«Ah… Mais il pleut.»
«Raison de plus, il y en a sûrement une qui… Qu'est-ce que je t'avais dit?»

On avait passé la journée à tracer un type, on l'avait vu entré dans un immeuble et puis plus rien. Ce soir-là j'étais avec mon collègue, on avait mangé dans la voiture et on espérait un éventuel retour de celui que l'on cherchait. Après une bonne trentaine de minutes, j'avais compris qu'on l'avait sûrement perdu et que la seule chose qui restait à faire était de s'en aller, seulement mon regard s'était déposé sur les personnes qui passaient à côté de notre voiture, des jeunes étudiantes complètement saoules. J'ai attendu plus d'une heure avant de trouver le moment de sortir de la voiture et ça, lorsqu'une jeune femme eut de la peine à se servir de son parapluie. Sous le regard désespéré de mon collègue, j'étais sorti de la voiture sous une pluie battante. Vêtu de mon blouson, je m'étais approché d'elle tout en saisissant son parapluie afin de l'aider. MOn père m'avait toujours dit qu'il fallait de la pratique pour étonner les femmes, et lorsque j'avais tenté de remettre en ordre le parapluie de la jeune femme, je n'avais rien trouvé de mieux à faire que de briser les tiges. J'avais beau avoir de l'assurance, mon sourire gêné n'avait pas pu s'empêcher de venir se dessiner sur mes lèvres et lorsque j'aperçus la jeune femme, j'avais pris soin de me rappeler de chacun de ses détails car après avoir échoué ma mission, je ne m'attendais ni à un merci, ni à rien d'autres d'ailleurs…

« Désolé, votre parapluie est malheureusement fini. »
« J'espère que vous êtes meilleurs avec les femmes plutôt qu'avec les parapluie! »
« J'oubliais presque de me présenter, je suis Clark, Clark Dawson.»
« Enchanté monsieur Dawson. »

Juste ça puis elle m'avait tourné le dos pour prendre son chemin sans son parapluie. J'avais gardé celui-ci tout en entrant dans la voiture, entant mon collègue se foutre de moi en me disant qu'en matière de parapluie, j'avais encore des efforts et qu'en matière de râteau, je venais sûrement de m'en prendre un beau. Le pire dans tout ça, c'est qu'il n'avait pas tort, je ne savais rien de la jeune femme, elle ne m'avait même pas divulgué son prénom. C'était la première fois que quelque chose comme ça m'arrive et c'est sûrement pour ça que je ne m'étais pas lancé derrière elle, car je savais que si j'insistais, je n'aurais pas droit à plus d'informations si ce n'est à un coup de pied bien place, et venant des femmes, on en garde un bien mauvais souvenir. En allumant le moteur de la voiture, Bryan, mon collègue n'arrêtait pas de me charrier tandis que je tenais de trouver une solution pour connaître la femme à qui j'avais parlé. J'avais un parapluie et sûrement qu'elle n'y avait pas laissé son adresse ou son numéro de téléphone, et ce fut qu'au moment où Bryan me parla d'empreintes digitales que l'idée me frappa en jetant un coup d'œil sur le manche de l'objet que j'avais entre mes mains.
Le lendemain matin, après avoir reçu les analyses que j'avais demandé dans la plus grande discrétion au labo, je pus enfin mettre un nom et un prénom sur le visage que j'avais brièvement pu regarder la veille. Je n'avais pas chercher à la connaître par ce que je pouvais savoir, je m'étais limité à son nom, son prénom et son adresse. Je n'étais pas allé chez elle le jour-même, j'avais attendu encore quelques jours avant d'aller frapper à sa porte et de me présenter. Malheureusement, je n'avais rien à lui offrir si ce n'est mon beau sourire et apparemment ça lui avait suffi à me laisser entrer et à discuter avec moi. Les choses se sont passées bien plus vite que je l'aurais pensé, on sortait, on mangeait, on rigolait puis un soir elle s'est confié à moi, me parlant d'une agression dont elle avait été la victime. Je n'aimais pas montrer de la pitié pour les gens, mais je m'étais permis de la garder un instant contre moi tout en laissant bouillonner la rage qui était en moi.

En quelques semaines, j'avais appris énormément de choses sur elle, et elle en savait beaucoup sur moi. Je m'étais promis que je ne me lierais pas d'amitié avec une personne en-dehors de mon travail, car je ne souhaitais pas la mettre en danger. Seulement voilà, petit-à-petit et au fur et à mesure que les jours passaient, je ressentais un besoin de plus en plus fort de la voir et me lasser d'elle, je ne m'en sentais pas capable. Pas d'amis en-dehors du travail? Je l'ai respecté, car au final celle que j'avais rencontré un soir de pluie, c'était Lainey Americus Koerner, et elle était devenue ma petite amie.


L'erreur

Ce jour-là, j'ai merdé. C'était un dossier comme un autre, on me l'avait attribué, je l'avais étudié et j'avais tout planifié. Ma seule erreur est d'avoir oublié les conséquences de mes actes et qu'en plus de mettre ma vie en danger, j'allais mettre celle de mes deux collègues et d'une secrétaire. Il était 23h13 au moment où le premier coup de feu a retenti, j'ai vu mon collègue s'allonger au sol une balle en plein front. Pour la première fois de ma vie, j'ai eu peur, j'ai cru que j'allais y passer et en fait, je n'avais pas tout faux. Tout s'était passé très vite, j'ai entendu une explosion puis des cris. Je m'étais levé pour voir ce qu'il se passait mais la seule chose dont je me souviens, c'est d'avoir senti des balles transpercer ma peau et ma tête heurter le sol avant de me réveiller dans un hôpital. J'avais devant moi une infirmière qui me parlait, mais je n'entendais rien, j'avais l'impression que ma tête allait exploser. Je ne comprenais rien, j'avais froid et chaque mouvement que je faisais me faisaient ressentir une énorme douleur au niveau de mon abdomen. J'avais beau avoir essayé de me redresser, je n'y arrivais pas et l'infirmière me forçait à rester calme en déposant ses mains sur mes épaules. Je suis resté cinq jours dans cet hôpital, et en cinq jours j'avais compris que j'avais reçu une balle non loin de mon poumon droit, et que deux autres balles m'avaient touché sans de grandes conséquences. Mais bon, ces trois balles n'étaient rien à côté de la venue de mon supérieur, car jamais je n'aurais pensé qu'une connerie puisse me faire aussi mal car à cet instant précis, j'étais à deux doigts de tout perdre et les seules chances qu'il me restait, je les ai utilisées…


Dernière édition par Leandre Fabeckª le Lun 2 Mar - 14:21, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Dim 1 Mar - 18:06

La première rupture

«J'avoue que j'ai fait des erreurs dans ma vie, mais je les ai toujours assumées car j'avais toujours une raison derrière laquelle je pouvais me protéger. J'ai fait des choix difficiles et je les assume, je n'en suis pas pour autant fier mais j'ai toujours su ce que je faisais. J'ai toujours réfléchi aux conséquences de mes actes et j'ai toujours réfléchi à comment réparer les choses. Je suis loin d'être parfait et j'en suis fier, je n'ai pas envie d'être celui à qui on ne reproche rien, j'ai besoin de paraître comme quelqu'un de normal et même si je dois en baver face aux remarques de mes supérieurs, j'en baverai. J'ai toujours trouvé la force de me relever dans n'importe quelle situation et ce n'est pas parce que cet incident est arrivé que je vais me laisser traiter comme de la merde. J'ai merdé, mais qui n'a jamais merdé?i Et qui n'a jamais merdé dans sa tâche? J'interdis toutes les personnes ici présente de me dire qu'elles ont toujours fait ce qu'on leur a dit, peut-être que j'ai fait la pire des choses mais au moins, on a une piste! J'ai risqué ma vie et alors? Je suis là, devant vous en train de vous gueuler dessus car je ne suis pas d'accord! Vous n'avez pas le droit de me juger sur une seule erreur, je suis un bon agent, j'ai toujours fait mon boulot de la meilleure façon qui le soit!
Je suis quelqu'un d'honnête et j'ai jamais gardé le silence quand quelque chose ne me plaisait pas, je suis le seul con ici qui a toujours eu les couilles de vous dire que vous étiez des enfoirés quand c'était le cas! Je comprends pas pourquoi cette erreur me pénalise et m'obligerait à quitter mon poste et me faire passer pour mort! J'ai fait mes preuves et je peux encore les faire! je peux marcher, je peux courir et j'en ai encore dans la tête pour ouvrir ma grande gueule et vous faire comprendre que je suis pas d'accord! Vous disiez me soutenir lorsque j'étais dans ce lit d'hôpital! Et pourtant vous m'offrez un carton pour que j'emballe mes affaires? Vous êtes qu'une bande de cons et… »

«Clark tu devrais te taire… Tout le monde s'en fou de ce que tu penses, t'es viré, tu dois partir, changer d'identité et ne plus revenir sur le passé. C'est le contrat, respecte-le. Si tu refuses, je suis prêt à te mettre mon poing dans la gueule pour que tu déguerpisses d'ici et crois-moi, je ne plaisante pas.»

Le pire dans tout ça, c'est que je n'allais pas perdre que mon identité, mais j'allais perdre la vie aux yeux de ma famille. Clark Dawson n'existerait plus d'ici quelques jours, je serais enterré avec les cendres d'un autre sous les yeux de sa famille, pleurant quelque chose de faux. J'ai mal, car tout cela est faux et rien que de savoir que ma famille pleure me torture car ils ne méritaient pas ça.


La deuxième rupture

J'avais dormi dans un hôtel la nuit où je m'étais fait renvoyer… J'avais déposé mon carton par-terre avant de poser pour la première fois mon regard sur mon portable. En six jours, j'avais tout perdu ou je sentais que j'allais tout perdre. Avant de venir cet agent, j'avais limité mes contacts avec ma famille afin de les garder éloigner et de ne pas les mettre en danger. Pour un job que je n'ai plus aujourd'hui, j'ai détruit ma vie et j'ai perdu la personne avec qui j'avais pu trouver un équilibre, un vrai. Sur l'écran de mon portable était inscrit un nombre affolant de messages et d'appels manqués, tous étaient de la même personne, d'elle. C'était de cette personne avec qui j'avais trouvé mon équilibre que j'avais reçu des messages. Je les lisais et au fur et à mesure, je sentais de la panique, il paraît qu'elle avait tenté de joindre mon collègue mais celui-ci n'avait pas répondu, et pourquoi? Parce qu'il était mort. Ce soir-là, je n'avais qu'une envie, dormir et la retrouver une fois que je me serais levé, je tentais de dormir mais je n'y arrivais pas car je savais que je risquais de tout perdre. Et mon identité dans tout ça? Ne me la demandez pas, je ne savais pas qui j'étais.
Le lendemain, après avoir pu fermer les yeux moins d'une heure, je m'étais levé avec ce mal de crâne encore plus horrible que la veille. J'avais avalé ces gélules afin d'avoir la tête à penser. J'étais sorti de cet hôtel en traversant plusieurs avenues à pieds, j'avais besoin de respirer et de réfléchir à ce que j'allais pouvoir raconter à Lainey. Lorsque je m'étais retrouvé devant sa porte, je n'avais pas eu le temps de frapper qu'elle avait ouvert la porte, prête à sortir, certainement pour un jogging matinal vu la tenue qu'elle portait. Tandis que j'étais resté silencieux, j'écoutais sa voix me poser une multitude de questions, son regard me foudroyait, me faisant comprendre qu'elle était en colère et qu'elle s'était fait du soucis. Mon seul réflexe fut de lui demander de se calmer et de me laissez entrer. J'aurais bien voulu la prendre dans mes bras mais je savais que notre discussion n'arrangerait en rien son état et je ne m'étais pas trompé. Je ne pourrais pas citer tout ce qu'elle m'a dit, mais ce dont je me souviens, ce sont des dernières paroles qui me sont restées avant qu'elle ne me demande de sortir de chez elle et que je n'aie plus aucune nouvelle, ou presque.

« Tu aurais pu perdre la vie et c'est une semaine après qu'on me le dit. »
« Lain' c'est mon job, c'est ce que je fais. Oui je dois faire semblant d'être mort et changer d'identité, mais ça ne change rien à notre couple. »
« Au contraire, ça change tout. Je ne sors plus avec Clark, je sors avec un Sans Nom pour le moment. C'est génial encore. »
« Veux-tu arrêter de faire ta petite princesse et agir en tant qu'adulte. »
« Clark Dawson, l'homme que j'aimais est mort à cause de son travail. Toi je sais pas t'es qui, mais je veux rien faire avec toi. »


Tu ne m'as pas laissé une chance de m'expliquer……

Depuis ma dernière discussion avec Lainey, pas mal de choses ont changé. En effet j'ai été convoqué au FBI afin que mon changement d'identité soit fait et que mes empreintes digitales soient enregistrées. Lorsque j'en suis sorti, l'un de mes supérieurs m'avaient laissé son numéro si j'avais besoin d'un coup de pouce pour quoique ce soit. Les seuls services que je lui avais demandés, furent de garder un œil sur Lainey car je ne tenais par à le faire de moi-même, j'avais peur qu'elle me voie et qu'elle sache que je l'espionnais. Notre histoire ne s'était jamais terminé et encore maintenant rien n'est clair à mes yeux. C'est clair que dans ses dernières paroles, elle ne voulait plus entendre parler de moi, elle ne voulais plus me voir, ni m'écouter. J'avais pris alors la décision de savoir ce qu'elle faisait et savoir ce que j'allais pouvoir faire moi aussi, désormais sans aucun boulot. Je suis passé par plusieurs petits postes, j'ai même changé d'état afin de n'avoir aucun problème avec mon ancien employeur. Je recevais chaque jour des informations sur Lainey, et après plus de trois mois, j'avais appris qu'elle avait réservé un vol pour la Grèce. Elle m'en avait parlé de c pays, elle m'avait même dit qu'elle aimerait y vivre et lorsque j'appris la nouvelle, je demandais à savoir Oû elle allait, où elle logerait et ce qu'elle ferait . Dans le même temps, j'avais demandé que l'on me trouve un poste en Grèce, quelque chose d'autres qu'un simple videur, quelque chose qui me permettait de bouger. J'avais réservé mon vol à mon tour, pour la première fois j'avais posé mon regard sur ma carte d'identité qui m'indiquait que je n'étais plus Clark Dawson.
Une semaine plus tard, j'appris que Lainey était arrivée en Grèce avec sa sœur. je ne sais pas si c'est vrai, mais paraît-il qu'elle connaissait beaucoup de monde, du moins elle était toujours avec un mec différent. J'ai imaginé le pire, mais j'espère simplement que ce n'est pas ce dont à quoi je pense, car si suis en Grèce aujourd'hui, c'est pour que je puisse terminer la discussion que j'avais eu avec Lainey, que je voulais lui prouver le peu de choses qu'il pouvait exister entre nous.
Je l'aime encore aujourd'hui, mais je sais que je ne dois pas espérer que la chose soit réciproque, seulement je n'accepterai pas le fait de me faire rejeter dès ma première tentative, et si ça arrive, alors j'insisterai, quitte à devoir revenir… Aujourd'hui, Lainey est la seule personne avec qui je désire rester en contact, j'ai besoin d'elle et je compte bien lui le faire comprendre. J'espère juste qu'elle saura m'écouter et comprendre que je suis resté le même, malgré le fait que je m'appelle Léandre et que je suis un agent de sécurité civil, du moins c'est ce dont on m'a parlé mais vu certaines rumeurs, je me demande si ce n'est pas pour être plus qu'un simple agent.. Après tout, ce n'est pas ma priorité, je dois d'abord m'occuper de Lainey et ensuite, je m'occuperai de moi..



Spoiler:
 
]


Dernière édition par Leandre Fabeckª le Lun 2 Mar - 15:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zelda Ary Lapièr
LaidbackAdmin

Letitbe

avatar

Nombre de messages : 302
chanson du moment : « No Sign of Life » •• Ok Go

MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Dim 1 Mar - 22:23

    Bienvenue sur le forum et merci de ton inscription.
    Je te souhaite une bonne finalisation de fiche et je te dis bonne chance pour la 'course' au rôle.
    Le code est validé.

_________________




    Forgive me if I'm young
    For speaking out of turn
    There's someone I've been missing
    I think that they could be
    The better half of me
    And I will try to Fix You.

    OneRepublic • Come Home. Icon • So Damn Cool
    [/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zacharias Etaphios

avatar

Nombre de messages : 267
Age : 24
âge : 14 ans
chanson du moment : Hot N Cold

MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 8:03

Bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 14:20

Merci à vous deux!
Je pense avoir terminé et je m'excuse car j'ai bâclé certains passages.
J'avais pas envie de faire patienter Léandre N°1 jusqu'à mercredi ;)

Now, je vous laisse juger.
Revenir en haut Aller en bas
Cléo Petridis

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 27
âge : 25 ans

MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 16:36

Oh, comme c'est joli !
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lainey A. Koerner
FamousAdmin

Butterflyflyaway

avatar

this is my love : Letting you go was the hardest thing I ever had to do.
Nombre de messages : 687
chanson du moment : Never say never - The fray

MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 16:41

Félicitations, tu te vois attribué le rôle de Leandre ( ouii oui WonderWoman est animatrice à ses heures ^^ )

Bref, je changerai ton nom lorsque l'autre Leandre aura changer de pseudo =)
Pour le reste, VALIDÉ mon très cher

_________________


    I've seen your act
    And I know all the facts
    I'm still in love with who I wish you were
    It ain't hard to see
    Who you are underneath
    I'm still in love with who I wish you were
    And I wish you were here

    [/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 16:51

Mirciii Cléo

Youpiiii', j'suis heureux (a)
Bon, merci beaucoup en tout cas et vivement le RP
Revenir en haut Aller en bas
Lainey A. Koerner
FamousAdmin

Butterflyflyaway

avatar

this is my love : Letting you go was the hardest thing I ever had to do.
Nombre de messages : 687
chanson du moment : Never say never - The fray

MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 16:51

Ouaiis vivement un sujet MDR

_________________


    I've seen your act
    And I know all the facts
    I'm still in love with who I wish you were
    It ain't hard to see
    Who you are underneath
    I'm still in love with who I wish you were
    And I wish you were here

    [/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 17:02

Wuiiii'
Je pense que demain je serai en mesure de créer un sujet si ça te tente (a)
Ce soir, je me mets à «créer» la fiche de liens et de topics :)
Revenir en haut Aller en bas
Lainey A. Koerner
FamousAdmin

Butterflyflyaway

avatar

this is my love : Letting you go was the hardest thing I ever had to do.
Nombre de messages : 687
chanson du moment : Never say never - The fray

MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   Lun 2 Mar - 17:03

Vuiii
Bon allez je te laisse faire tout ceci et continue mon début de sujet avec Gabriyel moi xD

sinon je serais pas en vie très longtemps haha

_________________


    I've seen your act
    And I know all the facts
    I'm still in love with who I wish you were
    It ain't hard to see
    Who you are underneath
    I'm still in love with who I wish you were
    And I wish you were here

    [/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%   

Revenir en haut Aller en bas
 
l e a n d re . f a b e c k — d o n ' t . f o r g e t . m e | 100%
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
f o r e t e l l . g r e e c e :: 
    Allez hop, c'est par ici
 ::  » Non mais ça va pas ! :: Never
-
Sauter vers: